Acides-phénols

On distingue deux groupes d’acides-phénols : les acides hydroxycinnamiques (acide férulique ou acide caféique, p. ex.) et les acides hydroxybenzoïques (acide gallique ou acide ellagique, p. ex.).
Les plus fortes concentrations d’acides-phénols se trouvent dans les couches extérieures et dans la pelure des végétaux, où elles assurent la stabilité des parois cellulaires. Si on élimine ces parties extérieures, les feuilles ou la pelure, la teneur en acides-phénols diminue très nettement. Un kilo de farine complète contient par exemple 500 mg d’acide férulique, alors que la farine blanche n’en renferme que 50 mg ; un kilo de son, quant à lui, en contient 5 g.

Effets

  • Action anti-oxydante (= qui empêche la réaction de molécules sensibles avec l’oxygène).

Affections dont le risque pourrait être diminué

  • Certains cancers comme les cancers de l’œsophage et de l’estomac ou le cancer du poumon.

Sources

Acide férulique : céréales complètes.
Acide caféique : café, pommes de terre (pelure).
Acide gallique: vin rouge et vin blanc.
Acide ellagique : fruits à coque (noix, noix de pécan) et petits fruits.
Les légumes (chou vert, chou blanc, haricots verts, épinards, salade pommée) et les fruits (pommes, myrtilles) sont également riches en acides-phénols.

Bon à savoir

En éliminant la pelure et les parties extérieures des aliments d’origine végétale, on diminue la teneur en acides-phénols.

Remarque

Aucune recommandation n’a encore été formulée quant aux apports journaliers nécessaires, les fondements scientifiques faisant encore largement défaut.

Les substances végétales secondaires ne devraient pas être absorbées isolément sous forme de comprimés, par exemple, car des effets indésirables sont possibles. Pour qu’elles déploient leurs effets bénéfiques, il est probable qu’elles doivent être associées aux nombreux autres composants alimentaires (graisses, vitamines, sels minéraux, etc.).