Phyto-œstrogènes

On distingue trois groupes de phyto-œstrogènes : les isoflavones, les lignanes et les coumestanes. Ces substances ont un effet similaire aux hormones sexuelles féminines, comme l’œstradiol en particulier. Leur influence est cependant plus de cent fois plus faible, le mode d’action proprement dit étant fonction des taux d’hormones dans le corps. Ainsi, les phyto-œstrogènes peuvent avoir aussi bien un effet proche de celui des œstrogènes qu’agir comme des anti-œstrogènes.

Effets

  • Action anti-oxydante (= qui empêche la réaction de molécules sensibles avec l’oxygène).
  • Stimulation du système immunitaire.
  • Diminution de la tension artérielle.

Affections dont le risque pourrait être diminué

  • Maladies des vaisseaux sanguins (amélioration du fonctionnement des vaisseaux sanguins).
  • Cancers, maladies cardiovasculaires, ostéoporose et troubles de la ménopause.

Sources

Isoflavones : graines de soja et produits à base de soja tels que tofu, lait de soja, etc.
Lignanes : graines de lin, graines de courge, céréales complètes, haricots, asperges, brocoli, vin rouge et vin blanc.
Les coumestanes jouent un rôle mineur dans l’alimentation chez l’homme, car on ne les trouve que dans un petit nombre d’aliments comme les pousses de luzerne, de trèfle et de soja.

Bon à savoir

Les isoflavones sont sensibles à la chaleur.

Remarque

Aucune recommandation n’a encore été formulée quant aux apports journaliers nécessaires, les fondements scientifiques faisant encore largement défaut.

Les substances végétales secondaires ne devraient pas être absorbées isolément sous forme de comprimés, par exemple, car des effets indésirables sont possibles. Pour qu’elles déploient leurs effets bénéfiques, il est probable qu’elles doivent être associées aux nombreux autres composants alimentaires (graisses, vitamines, sels minéraux, etc.).